4 июн. 2010 г.

Mes études françaises 2. (au-pair, l'année précédante)

Comme je l’ai déjà dit je suis devenue une fille-au-pair pour avoir la possibilité de commencer à parler français. C’était une très bonne expérience pour moi. Car j’ai appris à faire une conversation avec des enfants.

C’est une histoire classique. Nous avons commencé comme une baby-sitter et une petite fille et nous sommes devenues de bonnes amies enfin.

Quand je partais en Russie, elle m’a fait un dessin: nous faisons du vélo sur la route. Elle a même dessiné un marquage de la route et deux maisons – chacune de son coté. Une maison est devenue à l’envers. Elle m’a fait des yeux bleus – je sais, elle n’a pas le feutre gris.


Elle m’a dit que, peut-être, elle ne savait pas très bien dessiner quelque chose, mais quand même elle l'avait fait elle-même. C’était le meilleur dessin que j’ai jamais vu.

Quand j’ai tourné la page, j’ai vu: «J’espère de te revoir bientôt, Tanya» et 37 points d’exclamations.

Je sais que cette petite fille va lire une histoire de princesse que je lui ai offert avec des larmes aux yeux. Je sais qu’elle a besoin de quelqu’un qui pourrait la protéger des blagues de ses grands frères. Et que d’abord elle va appeler sa nouvelle baby-sitter ‘Tanya’.

Tu me manqueras aussi, Alicé!